Le domaine

Situation géographique et histoire

Un emplacement exceptionnel

  • Le domaine se trouve au sud-est du village de Cazouls-lès-Béziers, à deux kilomètres, aux limites de la commune. Béziers n’est qu’à 9 km et la mer à 20km.
  • Rouvignac c’est aussi un lieu préservé des bruits et de la pollution, un espace au naturel.
  • Situé en contre bas de la D14, le site dispose de bonnes ressources en eau grâce à une situation géologique remarquable et à cinq puits importants, ceci explique probablement son habitation ancienne et jamais interrompue. 
  • Le parc est longé, de l’autre côté du petit ruisseau à droite du portail, par une ancienne voie de Cazouls à l’Orb, le chemin du Carlet dont on distingue bien le traçé.
  • Le nom de Rouvignac vient très probablement de l’époque romaine. « Ac » signifie l’appartenance et donc Rouvignac pourrait signifier le Domaine de Rubenius, famille gallo-romaine ou nom d’un soldat récompensé par le don d’une terre.

L’époque Gallo-Romaine

 
  • Au milieu des années 60, Jacques de Saint Victor découvre, en faisant effectuer des travaux de vignes, un Dolium romain. C’est une grande amphore de 1m50 de haut, contenant 500 à 600 litres,  dans un état de conservation étonnant car enterrée et donc préservée depuis plus de 2000 ans. On utilisait les Dolia pour conserver le grain ou même effectuer les premières fermentations de vins, comme cela est bien expliqué dans la villa de Loupian, près de Méze.
  • Après diverses fouilles dirigées par l’Abbé Giry, conservateur du musée d’Enserune, on retrouve le tracé de l’emplacement d’une villa romaine, au fond du parc, ainsi que de nombreux vestiges éparpillés dont une meule cassée au tiers et un superbe échangeur d’eau.

Fin XIXème siècle

  •  
  • Joseph (1859/1895) et Jeanne Milhé de Saint Victor( née Lagarrigue fille d’un maire de Béziers ) achètent Rouvignac en 1890 préférant cette jolie demeure discrète à la construction d’un Château ostentatoire. Cette famille puise ses origines dans les hauts cantons et se distingue au XVIIIème sur la ville de Cessenon, prenant la charge de maire sur plusieurs générations.  Jean Baptiste entrepend une belle carrière d’officier au Royal Roussillon, il est décoré de l’ordre Royal et Militaire de Saint Louis. 
  • Rouvignac est utilisé comme maison d’été, le parc à l’anglaise, redessiné au moment de l’acquisition, est l’endroit de jeu idéal pour les enfants et les rencontres familiales.
  • Des écuries et dépendances supplémentaires sont construites pour accueillir les chevaux et les attelages, elles on été dessinées par le grand architecte bordelais Michel Louis Garros. On y adjoint une grande serre côté sud, elle a été remaniée dans des proportions plus discrètes.
  •  
  •  

Au XXème siècle

  • Après le décès de Jeanne en 1936, Guy Milhé de Saint Victor (1893/1972), son fils, reprend Rouvignac, il a épousé Odette du Lac (1898/1983), dont les ancêtres possédaient La Gauphine sur la route de Murviel. Plusieurs ont été maires de Cazouls au XIX iéme.
  • L’électricité et mise en place en 1946 dans la maison, mais Rouvignac n’est pas habité l’hiver, les aménagements domestiques restent légers Un grand parc arboré et un potager agrémentent le site. Sur la grande terrasse pleine est, après les dîners, les conversations se prolongent dans la pénombre et grâce à une température méridionale.
  • Jacques Milhé de Saint Victor (1920/1976), officier de cavalerie et breveté, épouse Edith de Castelnau (1932/1996), petite-fille d’un des grands généraux de 14/18, vainqueur du Grand Couronné de Nancy en 1914 (l’allée principale du cimetière porte le nom de cette grande bataille) Il entreprend la rénovation du toit principal. Il installe une cave de vinification pour les 8 hectares de vignes qui entourent la maison.

Au début du XXIème siècle

  • Guy Milhé de Saint Victor, son fils, et son épouse, Constance de Lestapis, reprennent Rouvignac au début des années 1990 et continuent les rénovations pour en faire une maison plus moderne mais en respectant avec fidélité son style et son cachet.
  • La famille s’y installe de façon permanente en juin 2002.
  • En fin 2020 Le Château et son parc sont classés à l’Inventaire des Monuments Historiques, couronnant ainsi les importantes rénovations menées sur plusieurs générations.

Un patrimoine Cazoulin

  • Le Château de Rouvignac, d’un style très pur et néo-classique, est bien représentatif de son village dans sa simplicité et sa discrétion. Il est associé à l’histoire de la commune depuis l’époque romaine et à celle de ses propriétaires jusqu’à nos jours. On dit souvent que les « maisons sont les témoins d’une famille », les murs de Rouvignac sont imprégnés de souvenirs mais aussi bien solidement ancrés dans notre époque, et pour longtemps encore.
  • La beauté classique de son architecture, la situation remarquable de son emplacement, dans une nature environnante encore préservée, font du Château de Rouvignac l’un des joyaux de la commune, du Biterrois aussi, et un site assurément à protéger pour les générations futures.

Un grand parc arboré

  •  
  • Le grand parc qui s’étend devant la maison a été planté en 1890, selon un schéma  à l’anglaise avec une belle perspective et des arbres majestueux.
  • Des platanes, tilleuls, chênes verts, entourent une grande prairie verdoyante et apportent de la fraicheur. Le parc est desservi par de belles allées, par delà les haies et les sous-bois. C’est un ensemble de 2 hectares, entièrement clos où le calme règne.
  •  

Parfait pour se rafraichir

  • Une grande piscine offre un espace de détente avec un très bel ensoleillement, plein sud.
  • Le lieu est entièrement sécurisé et proche de la maison.

Remonter en haut